Avec le soutien financier de

Colloque vif de Vérone

Les 5 et 6 février derniers, INTERBEV a organisé les Journées de l’Elevage franco-italiennes, pour la 30e année consécutive, à Vérone

Ce rendez-vous annuel permet aux exportateurs français de broutards de rencontrer leurs interlocuteurs italiens : engraisseurs et importateurs de broutards, mais aussi fédérations, abattoirs,et distributeurs de viande

Le colloque avait pour thème cette année : « les débouchés de la viande en Italie et en France : évolution de la consommation et des formes de distribution ».

Les intervenants étaient : Caroline Monniot, de l’Institut de l’Elevage pour la partie française et Claudio Federici, chercheur à l’ISMEA, l’institut italien d’études pour le marché agricole et agroalimentaire.

Les principaux propos des représentants italiens :
Claudio Federici a dépeint la baisse de la consommation de viande bovine en Italie, au cours des 10 dernières années : -19%. La volaille et le porc progressent sur cette période… et le boeuf régresse. Les consommateurs se détournent des hypers et supermarchés et des boucheries au profit du harddiscount (recherche de promotions quasi-systématique chez les consommateurs, recherche du prix bas en choisissant la volaille et le porc).

Marco Colomberotto : le consommateur italien a réduit son budget viande. Il veut donc acheter des petites pièces de boeuf. L’animal que nous fournissons à la grande distribution doit donc être petit et tendre (au goût du consommateur) : de la génisse ou un petit taurillon.

Giuliano Marchesin du Consorzio Italiano Zootecnica: notre organisation récente veut s’inspirer
d’INTERBEV. Elle veut créer un logo et une démarche « viande d’Italie ». François Tomei (ASSOCARNI) : l’Italie cherche de nouveaux marchés pour sa viande, dans les paystiers.

8513316491_307329_table-ronde-verone-2015-250x167.jpg
Des documents sont à votre disposition sur l’espace privé en vous connectant avec le bouton ci-dessous.
En savoir plus