Avec le soutien financier de

SOMMET DE L’ELEVAGE : ELVEA France et la FFCB ont montré toute la dynamique de leur structure

Jeudi 2 octobre au Sommet de l’Elevage, s’est tenue une Conférence de Presse orchestrée par Philippe AUGER, Président d’ELVEA France et Gérard POYER, Président de la Fédération Française des Commerçants en Bestiaux.

3 Grandes annonces...

Après avoir mis en avant sa satisfaction de voir ELVEA France au Sommet de l’Elevage pour la première fois, « preuve de sa notoriété et de son activité grandissante », Philippe AUGER a souhaité avant tout parler d’une filière « exemplaire » qui est celle « du veau sous la mère ». Cette production prépondérante dans les organisations de producteurs non commerciales (OPNC) de du Centre (Corrèze, Aveyron, Lozère…) est une filière qui fonctionne très bien et dans laquelle tous les maillons producteurs, abatteurs, transformateurs et distributeurs sont correctement rémunérés. « Il y a un véritable partage de la valeur ajoutée et c’est en cela que le veau sous la mère est un véritable exemple pour toutes nos filières. C’est en multipliant de tels échanges constructifs entre les maillons et économiquement équitables que la filière viande sortira son épingle du jeu ». Philippe AUGER a félicité toute cette filière et encourage tout le monde à reproduire cet exemple de réussite.

De gauche à droite: M EON, M POYER et M AUGERPour continuer, l’opération « 4 000 vaches pour Kerméné » a été annoncée en compagnie de M.EON responsable des abattages bovins de Kermené. « Nous avons entrepris de relever un défi … celui de fournir via nos collèges acheteurs 4000 vaches de race viande, de catégorie R= à U=, issues d’élevages adhérant à la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage pour une action visant à  promouvoir la viande du troupeau allaitant au sein des magasins ». a expliqué Philippe AUGER. Cette opération qui se réalise chaque année au sein de groupe de distribution, se fera cette fois avec le réseau ELVEA France. Les associations d’éleveurs y joueront pleinement leur rôle d'organisation mais n’auront aucune action sur la négociation de prix ni sur l’approche ou bien même sur le transport. Les prix, la logistique…seront directement négociés par chaque commerçant auprès de Kerméné. « AUCUNE négociation quant au prix n’a été faite au plan national. Les prix d’achat seront réalisés en ferme à la seule initiative du négociant. La seule décision collective est l’attribution à de 5 centimes d’euros par kilo de carcasse et ce  pour chaque bovin correspondant aux attentes » a souligné le Président d’ELVEA France.

ELVEA France se réjouit de la large implication de toutes  les OPNC, ainsi que de leur collège acheteurs pour faire de cette action une réussite et une preuve de la dynamique du commerce privé. M.EON représentant de Kerméné a affirmé clairement son souhait de travailler sur cette action avec le négoce privé qui débouchera sur une pérennisation de ce type d'action

Pour conclure sur ce point, Gérard POYER Président de la FFCB, a réaffirmé que les commerçants en bestiaux étaient activement associés à cette démarche et qu’ils mettront tout en œuvre pour mener à bien cette action nationale.

Pour terminer cette Conférence de Presse, Philippe AUGER a fait une dernière annonce : La mise en place de la filière B2E ou broutard d’excellence ELVEA. L’objectif national étant de diminuer considérablement la consommation d’antibiotiques en élevage, la problématique au niveau de la production est de trouver des alternatives ou des substituts permettant de produire dans les mêmes conditions sanitaires sans pour autant perdre productivité et efficience. La filière B2E aura pour vocation d’approvisionner les ateliers d’engraissement français ou étrangers en animaux garantis sanitairement. Par la mise en place en élevages naisseurs de protocoles de vaccinations et de déparasitages, les intérêts de cette filière B2E seront multiples : elle augmentera la compétitivité des élevages naisseurs mais aussi améliorera les conditions de travail des exploitants. Pour les engraisseurs français ou étrangers, B2E proposera des animaux avec des garanties sanitaires aux ateliers d’engraissement qui permettront aux engraisseurs d’optimiser les GMQ de leurs animaux dès les mises en place et réduirons considérablement leurs interventions sanitaires curatives. Pour le marché français de l’export, B2E apportera des garanties supérieures pour un marché très concurrencé. L’allotement contraint les engraisseurs à créer une pression sanitaire conséquente en regroupant un nombre important d’animaux de diverses origines. La garantie de protocoles sanitaires permettra d’apporter un argument commercial auprès de nos clients et de les fidéliser.

Le projet B2E fera la promotion des bonnes pratiques et en sensibilisera les acteurs aux risques liés à l’antibiorésistance et à la nécessité de préserver l’efficacité des antibiotiques.

Cette filière a été présentée jeudi 2 octobre à la Commission Export de la FFCB qui a accueilli favorablement ce projet. Forte de l’intérêt que suscite B2E, ELVEA France va mettre en place ce dossier en partenariat avec des laboratoires auprès desquels elle trouvera apports techniques et avis d’experts. Un Comité de Pilotage composé, entre autre, d’administratifs des OPNC de différentes régions supervisera l’élaboration de cette filière. ELVEA France espère qu’à l’automne  prochain, B2E verra se commercialiser ses premiers bovins certifiés sanitairement.

Conclusion de Philippe AUGER, Président ELVEA France

Philipe AUGER, Président d’ELVEA France, conclut cette Conférence de Presse… « Que ce soit le veau sous la mère, l’opération avec Kerméné ou bien alors la filière B2E, ces trois dossiers mettent en avant le dynamisme d’ELVEA France et sa volonté d’apporter à ses adhérents la meilleure valorisation possible pour leur production. C’est par un travail étroit avec le collège acheteurs, par les filières et surtout par la négociation du prix de leurs animaux, que chaque éleveur en association participe au maintien des cours et du marché. La liberté de commercialisation et le maintien de la concurrence sont les bases d’une valorisation optimale. Tous les éleveurs en organisation de producteurs non commerciale y participent au quotidien et ELVEA France s’en félicite ! »