Avec le soutien financier de

point sur la FCO au 30/08/2016

Situation et surveillance sanitaire


La carte du zonage FCO reste inchangée depuis le 24 juin, malgré la confirmation de 7 nouveaux foyers en juillet et août. Le nombre total de foyers virus BTV-8 détectés s'élève aujourd’hui en France Métropolitaine à 292 cas sur 32 départements dont :
- 95% des cas sont dépistés sur des BV,
- 75% après PCR lors de sortie ZR.
Actuellement, 76 départements sont classés en ZR et 3 zones partielles. La fin de la surveillance vectorielle en semaine 20 a marqué la fin des zones saisonnièrement indemnes. Il est envisagé de reprendre la surveillance des vecteurs en hiver et donc de prévoir de nouveaux des ZSI.

Lors du dernier CNOPSAV a été discutée la nouvelle surveillance à mettre en place. L’ANSES a indiqué qu’il était envisageable d’éradiquer la maladie qu’après 3 campagnes de vaccination généralisée avec la mise en place d’une surveillance renforcée.
Dès lors il a été décidé de renforcer la surveillance en ZI et en bordure de ZR. Le dispositif estival est détaillé dans la dernière instruction 2016-594 du 21 juillet 2016. Il est prévu :


- Une surveillance événementielle sur tout le territoire notamment dans l’éventualité d’introduction d’un autre sérotype,
- Un nouveau dispositif de surveillance programmée est mis en place avec l’objectif de détecter précocement la circulation virale en bordure de ZR. Un dispositif de dépistage des veaux de <70 jours est également mis en place pour répondre aux exigences du protocole franco-espagnol : il s’agit de vérifier que les veaux nés de mères vaccinés de ZR sont non porteurs du virus (PCR -). Le protocole prévoit un dépistage mensuel de 30 cheptels de ZR de 5 veaux nés après installation de l’immunité maternelle.
Les professionnels ont indiqué leur souhait de reconduire le dispositif de ZSI. Cependant les pouvoirs publics ont décidé de lancer une étude visant à identifier les coûts/bénéfices d’une telle surveillance avant de prendre une décision…

Exigences aux échanges nationaux et communautaires

--> Mouvements nationaux
Principes généraux : les mouvements sont possibles :
- en intra ZR pour le même sérotype
- de ZI vers ZR, mais sans retour des animaux en ZI (application des garanties nécessaires ci-dessous pour ressortir de ZR vers ZI),
- de ZR vers ZI sous conditions :
Conditions de sorties de ZR : les mouvements sont possibles si :
- désinsectisation des moyens de transport
- les animaux ne présentent pas de signes cliniques au moment du départ
- respect de l’une des conditions suivantes :
 1. soit animaux valablement vaccinés : ce qui correspond, pour les bovins à 10 jours après la 2ème injection de primovaccination avec MERIAL et 31 avec CZV,
 2. soit avant départ de ZR, désinsectisation pendant 14 jours et PCR- ET à l’arrivée en ZI désinsectisation et confinement de 14 jours + 2ème PCR-.
*Des dérogations sont également possibles dans les cas suivants :
- animaux d’abattage : transport direct et abattage sous 24h,
- jeunes animaux < 70j destinés à l’engraissement : désinsectisation des animaux et transport direct jusqu’à un bâtiment fermé protégé des vecteurs avec une destination finale qui ne peut être que l’abattage,
- animaux reproducteurs vers un centre de sélection : animaux sans signes cliniques, désinsectisés pendant 14 jours et présentant une PCR- avant départ, bâtiment d’arrivée fermé et désinsectisé.
- les mouvements de ZR vers ZI d’animaux transhumants sont autorisés à condition de désinsectiser les moyens de transport et 14jr de protection + PCR –
A noter enfin qu’en cas de PCR+ détectée en centre de rassemblement/quarantaines (Après 48h de l’entrée de l’animal) entraine le blocage du centre.
--> Mouvements européens et catégorisation FCO


o Règles européennes
La réglementation européenne prévoit que les échanges de ZR vers ZI sont possibles à conditions que les animaux soient valablement vaccinés (60j après primo-vaccination complète ou après installation de l’immunité + 14j et PCR nég) des foyers sont éligibles aux échanges. Les vaccinations seront attestées par le biais des indications portées sur le passeport des animaux. (TRACES).
o Protocoles bilatéraux (ZR-> ZI)


 Espagne : (1 avril 2016)
- les Bovins > 70 j peuvent partir :
Soit testés PCR-
Soit vaccinés depuis 60j (ou vaccinés avec immunité installée + 14j et PCR-)
Soit vaccinés avec vaccin MERIAL depuis 10j s'ils sont issus d'un cheptel vacciné en totalité
- les BV < 70 j peuvent partir
Soit testés PCR-
Soit nés de mères vaccinées à condition d'être issus d'un cheptel vacciné en totalité
- Italie (16 octobre 2015)
- Bovins et ovins de plus de 3 mois : seconde injection +10 jours avec MERIAL et 31 jours avec le CZV
- Bovins et ovins de moins de 3 mois :
Soit immunité maternelle
Soit test PCR, sous réserve d'un accord ultérieur de reconnaissance des périodes et zones d'inactivité vectorielle.


- Luxembourg (10 novembre 2015)
Désinsectisation des moyens de transport obligatoire pour les animaux répondant au protocole
Les animaux doivent être certifiés sur la base du certificat TRACES.
Les animaux sont vaccinés contre le sérotype avec un temps de 10 jours après la seconde injection au minimum avec le vaccin MERIAL.
o Réglementation FCO
Au niveau européen la FCO est encadrée par la réglementation 1266/2007. L’ensemble des EM estime que cette réglementation n’a pas permis de contenir efficacement la propagation de la FCO et aboutit à une multitude d’accords bilatéraux. Cette réunion fait suite à une demande de déréglementation de la FCO par certains Etat membre et de catégorisation de cette dernière dans la nouvelle loi santé animale. La nouvelle catégorisation de la FCO sera réalisée en fonction des données scientifiques réalisées par AESA.
Les discussions issues de la dernière réunion du groupe des CVO n’ont pas permis d’aboutir à un consensus. Néanmoins, même s’il n’y a pas de soutien pour une déréglementation complète de la FCO, la majorité des Etats membres souhaitent une révision de la législation en vigueur à l’égard de sa proportionnalité, sa durabilité et sa praticité.
La Commission va préparer une "feuille de route" pour réviser la réglementation. Ensuite des propositions étayées de révision du Code sanitaire des animaux pourront être faites à l'OIE.
Les maladies vectorielles sont par nature très difficiles à éradiquer et la virulence de la FCO dépend fortement du sérotype.
Mouvements à l’export vers les pays Tiers
Il est essentiel de finaliser les certificats sanitaires nécessaires à la reprise des flux commerciaux avec la Turquie et l’Egypte.
Nous vous prions de bien vouloir vous reporter au site Expadon pour accéder au dernier CS :
https://teleprocedures.franceagrimer.fr/Expadon/Administrations/ConsultAdminGene.aspx?cat=1


- La Turquie :

Les multiples rencontres avec les autorités turques n’ont abouti à aucun résultat. Le transit des animaux issus de ZR à partir du port de Sète sont de nouveau possible à condition de remplir une attestation complémentaire à chaque camion.
Les appels d’offre sont centralisés par ESK (agence de viande et du lait étatique turc) qui est mandatée pour importer des bovins d’engraissement. Les modalités d’appels d’offre pour les animaux vivants sont l’envoi de lot de 10 000 têtes sous 2 mois avec paiement à la livraison.
Le Ministère de l’Agriculture prévoit de contacter son homologue Turc pour obtenir la levée des restrictions.


- L’Iran :
Le CS est en cours de négociation avec une relance des autorités Iranienne début juillet. (Redéfinition des conditions sanitaires FCO)


- Israël :
Le CS engraissement est en cours de négociation. Israël accepterait les règles européennes. (Attente de retour).
- La Russie et la Biélorussie: (animaux reproducteurs)
Ces deux pays interdisent l’envoi et le transport des animaux des départements reconnus en ZR. Cependant cette interdiction se fait avec un certain décalage. Ainsi la Russie interdit l’export d’animaux de 26 départements tandis que la Biélorussie interdit l’export provenant de 29 départements.


- Algérie :
Le CVO a accepté des animaux vaccinés, dans les conditions prévues par les CS (animaux vaccinés avec installation de l’immunité + 14j et PCR- (soit prélèvement pour PCR réalisé 35j après 2ème injection de primo-vaccination).


- L’Egypte :
Le CS de 2011 inadapté empêchant l’export de bovins issus de pays avec FCO. Des négociations sont toujours en cours.

La surveillance et les mesures vaccinales

La vaccination est la mesure la plus efficace et la plus simple pour réduire au minimum les pertes liées à la maladie et pour tenter d’interrompre le cycle entre les animaux contaminés et les vecteurs.
C’est pourquoi la France a mis en place un plan de vaccination volontaire par l’éleveur. L’éleveur peut vacciner lui-même les animaux si aucune certification n’est nécessaire. L’Etat prend en charge les doses de vaccin mais l’acte vaccinale est à la charge de l’éleveur à compter du 1 mars 2016. (Nécessaire en cas de certification échanges/export).
L’Eleveur doit :
- En cas d’intervention du vétérinaire : contacter son vétérinaire sanitaire que ce soit
- 1) pour qu’il effectue la vaccination lui-même ou
- 2) pour qu’il fournisse les doses du vaccin souhaité. Dans ce cas, l’éleveur doit remplir un document CERFA.
 

Aujourd’hui, il apparait que seulement 20% des bovins les plus âgés sont protégés contre cette maladie. Le stock de vaccins au 1 juillet 2016 est de 1.1 M de doses MERIAL (80% consommés) et 8M CZV (20%). L’Etat ne réalisera plus de commande du vaccin MERIAL avant 2017 alors qu’une commande de 8M de doses de CZV est attendue courant de l’automne.
L’Etat vient de mettre en production 500 milles doses de BTV1 et BTV4 dont 50% sont mises à disposition sur le territoire continental. L’Etat a aussi annoncé qu’il ne fera plus d’appel d’offre de vaccin pour le BTV 8 avant janvier 2017.
La liste des cheptels vaccinés est disponible à partir du lien ci-dessous :
http://agriculture.gouv.fr/liste-des-departements-et-des-communes-classes-en-zone-reglementee-fco

Des documents sont à votre disposition sur l’espace privé en vous connectant avec le bouton ci-dessous.
En savoir plus